La CSVDC et l’École secondaire Massey-Vanier sont déterminés à poursuivre le Programme de l’Académie de musique

Granby, le 5 septembre 2014 – La Commission scolaire du Val-des-Cerfs (CSVDC) déplore les décisions que lui ont communiquées le 4 septembre l’Académie de musique Massey-Vanier (Académie) et la Fondation de l’Académie de musique Massey-Vanier (Fondation). L’Académie et la Fondation ont en effet décidé de mettre fin, sans préavis, aux discussions entreprises le 28 août avec les représentants de l’école secondaire Massey-Vanier et de la commission scolaire en vue de conclure une entente de partenariat qui avait pour but de préciser les rôles et les obligations des parties.

Les procureurs de l’Académie et de la Fondation ont de plus informé la CSVDC de leur intention de reprendre, dès le 5 septembre, tous les instruments de musique destinés aux élèves et autre matériel dont ils réclament la propriété.

La CSVDC a informé les représentants de l’Académie et de la Fondation que les instruments ne pourraient leur être remis qu’après qu’un inventaire ait été complété par le personnel de l’école afin d’identifier clairement et de distinguer les instruments qui appartiennent à la CSVDC et ceux qui sont la propriété de l’Académie ou de la Fondation.

Le différend entre la CSVDC et l’Académie et la Fondation repose d’abord sur le refus de l’Académie et de la Fondation de répondre à des demandes adressées par la CSVDC en mai dernier en vue d’obtenir certains documents ou renseignements financiers liés à des activités réalisées dans le cadre d’un programme éducatif qui est entièrement sous la responsabilité de l’École secondaire Massey-Vanier, un établissement d’enseignement public régi par le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS). L’Académie et la Fondation réclament une autonomie complète pour la facturation des parents, la collecte et l’utilisation des fonds qu’elles obtiennent tout en refusant de rendre compte de manière transparente de la gestion et de l’utilisation de ces ressources.

Par ailleurs, l’Académie et la Fondation revendiquent le droit de s’ingérer dans la gestion des ressources humaines de la CSVDC et d’intervenir dans les processus administratifs concernant les dossiers de certains employés. Les représentants de la CSVDC ont refusé d’acquiescer à ces demandes et indiqué clairement à plusieurs reprises que compte tenu des responsabilités et des obligations qui sont dévolues à la CSVDC en tant qu’employeur, la CSVDC ne peut permettre à un tiers de s’immiscer dans des questions relevant d’une convention collective de travail et donc de la gestion des effectifs et des ressources humaines.

Afin de clarifier les ambiguïtés, d’aplanir les difficultés et de poursuivre la collaboration sur des fondements clairs et respectueux des rôles et responsabilités respectives des parties, la CSVDC a proposé à l’Académie et à la Fondation de négocier et de signer une convention de partenariat. Malheureusement l’Académie et la Fondation ont décidé le 4 septembre de rejeter cette proposition et de mettre fin aux discussions.

La CSVDC et l’École secondaire Massey-Vanier sont déterminés à poursuivre le Programme de l’Académie de musique qui est offert par l’école depuis plus de 25 ans.

La direction de l’École Massey-Vanier a donc pris, avec l’appui de la CSVDC et en collaboration avec les enseignants de musique responsables du programme, toutes les mesures requises pour que chaque élève reçoive son enseignement musical et dispose de son instrument de musique durant toute l’année, pour être en mesure de pratiquer à l’école ou à la maison et développer ainsi son talent.

Afin de consolider les acquis de son programme de musique et d’en assurer la pérennité, la CSVDC a entrepris, il y a plus de deux ans, une démarche rigoureuse, régie par le MELS, en vue d’obtenir la certification officielle du programme de musique de l’école Massey-Vanier. Ce processus devrait être complété au cours de l’année 2015.